Mascotte de scriptor

 

Méthodologie du mémoire de recherche

L’objectif du mémoire de recherche est pluriel :

  • faire l’état de la science sur un sujet précis,
  • apporter de nouvelles hypothèses de recherche,
  • confirmer ou infirmer ces hypothèses lors d’une phase empirique.

Le but d’un mémoire en fin de cycle d’étude est de vérifier l’applicabilité de concepts théoriques à la réalité du terrain par différentes approches comme le souligne le schéma ci-dessous :

La démarche de recherche

Cf. : La roue de la science – d’après WALLACE, cité par V. Schoeb, 2012

Les étapes d’une démarche de recherche

1

 Identifier un thème de recherche

- En fonction de son intérêt personnel, de sa pertinence, de sa faisabilité…

2

Explorer la littérature existante

- Pour définir les concepts en jeu,

- Pour identifier les modèles théoriques et les outils méthodologiques exploités dans les travaux universitaires,

- Procéder à l’examen critique des recherches existantes sur le sujet.

3

 Problématiser

- Faire émerger un questionnement sur le sujet,

- Spécifier ce questionnement à un domaine, un public spécifique…

4

Définir des hypothèses

- Proposer des réponses à la problématique.

5

Définir la méthode empirique

- Qu’est ce que je cherche à mesurer ?

- Qui je cherche à évaluer ?

- Comment j’élabore mon enquête ?

6

Analyser et interpréter les résultats

- Vérifier la validité des hypothèses,

- Rapprocher la réalité du terrain aux concepts théoriques,

- Proposer des modèles d’explications de phénomènes observés.

 

Les différentes approches de recherche

En fonction de la discipline et de l’objectif du travail de recherche, il convient d’appliquer l’approche de recherche la plus appropriée :

 

Démarche qualitative

Démarche quantitative

Approche

Approche exploratoire qui vise à construire un objet théorique

Approche confirmatoire qui vise à tester un objet théorique

Objectif

Recherche qui vise à analyser, expliquer, comprendre l’opinion, la perception, le comportement dans un contexte, une situation spécifique.

Recherche qui vise à mesurer, décrire, évaluer des concepts représentés sous forme de variables mesurables.

Quand y avoir recours ?

- pour des domaines de recherche peu connus (exemple : lancement d’un produit…)

- pour comprendre la nature des forces qui s’opèrent sur un sujet (on cherche à répondre à la question pourquoi les gens pensent ainsi ? agissent comme cela ?)

-pour comprendre les composantes d’un phénomène (exemple : les déterminants de la fidélisation, le vote électoral des 18-24 ans…)

- pour traiter de disciplines relevant de données métriques comme l’économie,

- pour tester la validité d’une hypothèse,

- pour évaluer des phénomènes quantifiables.

Avantages

- Cette démarche précède généralement l’analyse quantitative en lui fournissant des concepts à tester statistiquement.

- Permet d’analyser le discours,

- Permet de mettre en valeur de nouveaux paradigmes et phénomènes,

- Grande flexibilité dans l’analyse.

- Validité externe,

- Objectivité : perspective positiviste : le chercheur est extérieur à l’objet d’étude,

- Rigueur.

Limites

- Subjectivité,

- Ne génère pas de données statistiques,

- Difficulté d’extrapolation à l’ensemble de la population.

- Difficulté de l’analyse : nécessite une maîtrise des outils statistiques,

- Rationalisation du discours,

- Faible flexibilité de l’analyse.

 

Avant de vous lancer dans votre travail de recherche, réfléchissez à la démarche à mettre en œuvre. Celle-ci doit correspondre à votre objet d’étude et vos moyens à disposition. N’adoptez pas une approche quantitative si, par exemple, vous ne maitrisez pas les outils d’analyse statistique.