Mascotte de scriptor

 

La phase empirique : comment construire un questionnaire de mémoire universitaire ?

Le but de votre mémoire est d’étudier un fait, social, politique, économique… A cette fin, vous devrez recueillir des informations en vue de l’expliquer. Une des méthodes utilisée est le questionnaire.

Le questionnaire est une méthode de collecte d’informations sur la base de questions dont les réponses seront analysées en vue d’éclairer, de comprendre un phénomène, d’évaluer une action ou de déterminer les actions à mettre en place…

Les objectifs du questionnaire

On distingue principalement 3 objectifs :

  • Estimer : on cherche à collecter des données, obtenir des chiffres descriptifs qui renseignent mais n’expliquent pas pourquoi.

Par exemple : A la question : « Etes-vous satisfait de votre téléviseur ? », 75% des répondants ont répondu qu’ils étaient très satisfait, 20% satisfaits, 3% peu satisfaits, et 2% pas du tout satisfaits. Cependant on ne sait pas pourquoi certains sont satisfaits et d’autres ne le sont pas.

  • Décrire : on cherche à obtenir des informations pour comprendre les facteurs, les causes, les déterminants de faits observés. On cherche à produire des chiffres explicatifs qui associent les faits aux facteurs qui les déterminent.

Par exemple : A la question : « Pour quelles raisons n’êtes vous pas satisfait de votre téléviseur ? », 90% des non satisfaits ont répondu à cause de la qualité de l’image, 5% ont répondu à cause du son, et 5% à cause de son design.

  • Vérifier : le questionnaire a pour but de confirmer ou infirmer une hypothèse. Par conséquent, il doit être construit en fonction de l’objet d’étude, de ce que l’on cherche à étudier. Les hypothèses orientent donc l’élaboration du questionnaire.

Les étapes d’élaboration du questionnaire

1- Définir l’objet de l’enquête :

Il s’agit de définir sur quoi porte l’enquête, quelle est l’intention sous-jacente.

Par exemple : Cherche-t-on à mieux connaître les attentes des clients, les leviers de motivations des salariés, les ressorts de la satisfaction, les difficultés d’une catégorie générationnelle…

2- Définir les hypothèses de l’enquête :

Il est nécessaire de formuler des hypothèses qui seront testés à travers le questionnaire.

Par exemple : La question « Pour quelles raisons êtes-vous insatisfaits ? » émet l’hypothèse qu’il y a des sujets insatisfaits et la deuxième hypothèse qu’il y a des raisons objectives à leur insatisfaction.

3- Déterminer la population ciblée ou l’univers de l’enquête :

L’univers de l’enquête ou la population de l’enquête est l’ensemble du groupe de personnes ciblées par l’enquête. Il est nécessaire de préciser les caractéristiques précises de cette population. Par exemple : on veut étudier le comportement des adolescents, la population est donc les adolescents mais encore faut-il définir la tranche d’âge correspondant à la période de l’adolescence.

On peut intégrer des critères d’inclusion ou d’exclusion. Les critères d’inclusion sont les caractéristiques que doivent détenir les sujets ciblés par l’enquête. Les critères d’exclusion sont les caractéristiques que ne doivent pas posséder les personnes concernées par l’enquête.

Par exemple : on veut étudier les pratiques alimentaires des jeunes mamans. Les critères d’inclusion seront la tranche d’âge définie de 20 à 30 ans, le fait qu’elles aient un enfant. On exclut donc de l’enquête les hommes et les femmes n’ayant pas d’enfant.

4- Déterminer l’échantillon

L’échantillon regroupe l’ensemble des sujets qui seront interrogés dans le cadre de l’enquête. Il doit impérativement être représentatif de la population ciblée pour que les résultats de l’étude puissent être généralisés.

Différentes méthodes existent pour l’élaboration de l’échantillon, notamment la méthode aléatoire qui consiste à interroger « au hasard » les sujets, la méthode des quotas qui consiste à analyser les caractéristiques de la population ciblée et de transposer le pourcentage de ces caractéristiques sur l’échantillon.

La méthode choisie de même que la taille de l’échantillon dépendent du budget, de la nature de l’objet d’étude, du temps à disposition, du degré de précision que l’on souhaite atteindre…

5- Le projet du questionnaire

Il s’agit de lister les points principaux à étudier à travers le questionnaire et de transformer ces points sous forme de questions.

6- Le prétest

Il s’agit de tester le questionnaire, c’est-à-dire de le soumettre à quelques individus afin d’évaluer la qualité, la faisabilité, la compréhension du questionnaire auprès des personnes interrogées. Les feedbacks des testeurs permettent d’apporter des éléments de correction au questionnaire pour le rendre plus intelligible.

7- La rédaction définitive du questionnaire

Grace aux commentaires issus du pré-test, il faut rédiger définitivement le questionnaire qui sera soumis aux enquêtés.

8- Le choix du mode d’administration

Il existe différents mode d’administration du questionnaire :

  • par l’enquêteur lui-même qui pose les questions aux enquêtés et note les réponses en face à face ou par téléphone. Ce mode d’administration présente certains biais. Dans ce cas la personnalité de l’enquêteur entre en jeu et peut influencer les réponses des enquêtés.
  • par auto-administration : l’enquêté répond lui-même aux questions qui lui ont été transmises par voie postale ou Internet.

9- Le dépouillement et la transcription des réponses

Une fois le questionnaire administré, il faut procéder à son dépouillement et transposer les réponses de manière exploitable.

10- L’analyse des résultats.

Il s’agit d’interpréter les données, d’établir des relations entre différentes variables. Ces données peuvent être analysées à partir d’outils statistiques. L’analyse des résultats va permettre de confirmer ou d’infirmer les hypothèses de départ.