Mascotte de scriptor

 

Les clés d’une bonne introduction

 

De trois à cinq pages, l’introduction situe le cadre de l’étude en suscitant l’intérêt du lecteur car il s’agit des premières pages que va lire votre examinateur.
Par conséquent le style adopté doit être clair et précis. Une phrase d’accroche peut commencer votre introduction mais attention à ne pas adopter un style trop journalistique non opportun dans le cadre de la rédaction d’un mémoire universitaire.

Plusieurs éléments doivent apparaître au sein de l’introduction :

  •  La contextualisation du sujet : présentez le cadre spatial et temporel du sujet ainsi que le public ciblé par votre recherche. Un rappel historique de l’évolution d’un concept, un positionnement géographique permettent de situer votre sujet.
  • L’actualité du sujet : précisez dans quelles mesures le sujet est actuel. Est-ce qu’il y a eu un débat récent autour du sujet en question ? Y a-t-il eu un évènement particulier lié à votre sujet ?...
  • L’intérêt du sujet : montrez en quoi est-ce important de traiter votre sujet. Pourquoi l’étudiez-vous aujourd’hui ? Quel est le point de départ de votre réflexion ?
  • La polymorphie du sujet : votre sujet revête des dimensions multiples (économiques, sociologiques, financières, politiques, psychologiques…). Démontrez l’ensemble de ces aspects et précisez sur quelles facettes du sujet vous vous focaliserez.
  • La définition des concepts et termes de votre sujet : Déterminez les concepts clés qui sont en jeu et présentez les différentes approches et définitions des auteurs.
  • L’objectif du mémoire : expliquez le but du mémoire. Que cherchez-vous à démontrer ? Quels sont les résultats attendus ?
  • La problématique : l’ensemble de ces premières étapes est censé justifier la problématique choisie. Il faut alors la formuler clairement au sein de l’introduction.
  • La méthodologie de travail : présentez et justifiez le choix de la méthodologie qui vous permettra d'apporter des réponses à la problématique posée (questionnaires, entretiens, récolte et traitement des données…)
  • La justification de la structure du plan : expliquez pourquoi vous avez choisi telle ou telle articulation de plan.
  • L’annonce du plan : formulez vos principales parties en détaillant de manière succincte l’enjeu de chacune.

L’introduction se rédige, aussi étrangement que cela puisse paraître, en dernier. En effet, une fois que vous aurez rédigé l’intégralité du mémoire, vous saurez précisément les tenants et aboutissants de votre sujet.